Fermer

Mission

Offrir des cours de karaté de style Shotokan traditionnel aux enfants et adultes de 6 à 70 ans.

Favoriser la pratique du karaté en famille afin de resserrer les liens existants entre ses membres tout en améliorant la condition physique et psychologique de chacun.

Fier de son partenariat avec le Collège Ville-Marie, Karatéka est heureux d'offrir des cours de karaté aux élèves du Collège dans le cadre du programme scolaire « Sport plein air ».

Karatéka 

L'Académie Karatéka vise la transmission du savoir et de l’apprentissage du karaté Shotokan. Dans « Shotokan », « Kan » signifie « maison ». C’est donc avec cette valeur comme pilier que Karatéka souhaite accueillir ses élèves. Voilà pourquoi elle propose aux parents de joindre l’utile à l’agréable et de participer aux cours avec enfants ou conjoint, voire les deux! On accède ainsi à une façon de passer du temps ensemble et de créer des liens d’une autre façon, l’activité physique aidant. C’est pourquoi des rabais importants sont offerts aux élèves d’une même famille. Karatéka propose des cours aux adeptes de 6 à 70 ans, soit aux enfants, adolescents et adultes inscrits en famille ou de façon individuelle. 

Fermer

Karaté Shotokan

Kara : Vide, la vacuité dans le sens bouddhique du terme

Te : Technique, main par laquelle on réalise

Do : Voie

Karaté-do : Voie de la main et du vide, voie des techniques sans armes

Origine

On dénombre plus de 50 millions d'adeptes du karaté de différents styles de par le monde. Le karaté (karate-do) est un art martial que l'on dit être japonais. Il serait en fait né à Okinawa, île principale de l’archipel des Ryūkyū, qui a longtemps constitué un royaume indépendant du Japon.

Discipline

Le karaté est une discipline de combat dont les techniques visent à attaquer ou à se défendre au moyen des différentes parties du corps : doigts, mains ouvertes ou fermées, avant-bras, pieds, coudes, genoux, etc. Les variantes de contenus techniques sont relativement marquées selon le style adopté. Pour acquérir la maîtrise de ces techniques, l'enseignement comporte trois domaines d'étude complémentaires : le kihon, le kata et le kumité.

Enseignement

Kihon (ou « technique de base ») : Le kihon consiste à répéter individuellement et la plupart du temps en groupe des techniques, positions et déplacements.

Kata ( ou « forme ») : Il s'agit d'un enchaînement codifié et structuré de techniques, représentant un combat réel contre plusieurs assaillants virtuels en simultanés ou presque. Le kata vise la formation du corps, l'acquisition d'automatismes ainsi que la transmission de techniques secrètes.

Kumité (ou « grouper les mains ») : À l'étape du kumité, on travaille en groupe et non plus seul; c’est le combat. Le kumité peut prendre de multiples formes, de la plus codifiée à la plus libre.

 

 

 

 

Sho : Pin du Japon

To : Énergie mouvante de l'océan

Kan : Maison

Shotokan : Libération de l’énergie dans la maîtrise et la stabilité du corps

Origine

Le style Shotokan est un art martial japonais, qui fait partie du karaté-dō. Il est issu de l’école Shorin lancée par Gichin Funakoshi. Avant de s'éteindre en 1957, celui-ci a formé de nombreux élèves, notamment Obata, Okuyama, Harada, Hironishi, Takagi, Ohshima, Nakayama, Nishiyama, Kase et Egami, ce qui a donné naissance à plusieurs styles. C’est cependant son fils Yoshitaka qui est à l'origine du style que l'on connaît désormais.

Style

Le style Shotokan est considéré comme l'un des styles de karaté les plus puissants qui soient : les coups de poing sont directs, les coups de pied bas et les katas sont longs (comme dans le Shorin dont il est issu, mais en moins puissants, du fait de la suppression du travail du bassin et des hanches dans les déplacements). Les techniques dans le kihon et le kata sont caractérisées par des positions profondes et longues qui fournissent stabilité, mouvements puissants et position renforçant les jambes. La force et la puissance sont souvent démontrées au moyen de mouvements plus lents et plus retenus. Les techniques de kumité, qui reflètent ces positions et mouvements à un niveau moins élevé, sont davantage libres et flexibles.

Approche

Maître Funakoshi considérait que les arts martiaux traditionnels (p. ex. : sumo, jujitsu et kenjutsu) concentraient trop leurs formes sur le combat. Il a donc voulu rendre le Shotokan moins axé sur le combat et davantage sur la santé, la respiration, la libération d’énergie ainsi que la maîtrise du corps et de l’esprit. Pour lui, « le but réel du karaté n’est pas la victoire, mais le perfectionnement du caractère. »

Le Dojo kun

Tous les karatékas doivent adhérer aux valeurs fondamentales enseignées par maître Funakoshi : le « Dojo kun ». Ce code de conduite est récité à la fin de chaque entraînement.

  • Recherche la perfection du caractère.
  • Sois loyal.
  • Surpasse-toi.
  • Respecte les autres.
  • Abstiens-toi de toute conduite violente.
Fermer

Les bienfaits du karaté

Le karaté est une discipline complète, accessible à tous et bénéfique à chacun selon ses besoins.

Lâcher-prise

Traduit le plus souvent par « mains vides » au sens de lutter à « mains nues », le mot karaté a des origines bouddhiques qui renvoient vers des conceptions incontestablement méditatives. On peut donc interpréter l'image des mains vides par celle de mains qui se déchargent du quotidien... On associe alors la pratique de cet art martial au concept de « lâcher-prise ». Cet art martial devient dans ce sens un outil de gestion du stress et un moyen de mettre une distance entre soi et ses soucis.

Sérénité 

La pratique du karaté constitue également un cheminement au plus profond de son être. Il permet pas à pas à chacun de gérer les confrontations qui surviennent chaque jour d'une vie.

Forme physique

Le karaté peut être aussi pratiqué comme une activité gymnique. Ainsi, chaque partie du corps peut être sollicitée et la pratique, adaptée à chaque morphologie. De plus en plus de personnes en surpoids, âgées ou souffrant d'un handicap et d'enfants pratiquent cette activité comme un simple exercice physique. 

Fermer

Les instructeurs

Valérie Gravel, instructrice en chef

Valérie, ceinture noire 3e dan, pratique le karaté depuis plus de 25 ans. Elle a été formé au Centre de karaté Shotokan Laval, avec Shihan Bryan Mattias (8e dan) à partir de l'âge de 7 ans. Elle a commencé à enseigner aux ceintures débutantes dès l'âge de 15 ans au sein de son dojo, et  ce, jusqu'à ses 25 ans. En 2013, elle accepte l'invitation de Christian Harvey, 2e dan, à démarrer un dojo à Montréal. Pendant sept années, elle a enseigné à ses côtés et a contribué à former près d'une centaine d'élève. En 2020, elle a accepté le poste d'instructrice en chef et continue de transmettre sa passion du karaté aux karatékas de tous les âges.

Elle a également participé à plusieurs compétitions d'envergure régionale, provinciale et nationale et a récolté plus de 80 médailles en 15 années. En 2010, elle a participé au 11e Championnat panaméricain de l’ISKF, à Georgetown (Guyana), où elle a remporté la 1re place en combat équipe. Sa mère. son père et sa soeur ont également reçu le grade de ceinture noire.

 

 

   
   
 

 

Fermer

Une académie familiale

C'est à l'instar d'une famille de mordus de karaté, que l'Académie Karatéka a vu le jour. Christian Harvey (son fondateur en 2013), sa femme Mélanie et leurs deux fils, Julien et Thomas, tous titulaires d'une ceinture noire, ont faconné la vision de cette école de karaté Shotokan. Valérie Gravel, l'instructrice en chef depuis 2020, a également fait du karaté avec tous les membres de sa famille, sa mère Johanne, son père Yvan et sa soeur Marie-Claude, eux aussi tous titulaires d'une ceinture noire. Christian et Valérie, sont devenus amis au Centre de karaté Shotokan Laval et voient le dojo comme une extension de leur propre famille, tellement les liens créer y sont forts et durables. Valérie, nouvellement maman, espère un jour y enseigner à ses propres enfants.